El picnic

14 de abril 2010, Ste-Thérèse, Québec
Duración: 2 horas
el lugar
Fotos: Douglas Scholes

 

El 14 de abril, la acción comenzó con las amenazas de la administración. Mis posibilidades de acciones se redujeron a lo que podía hacer en silencio, sentada en una mesa, bebiendo un café. La interacción fue limitada. Entonces, esa mesa se convirtió en taller.

oooo

ooooo

oo

La acción fue interrumpida por segunda vez por la administradora del centro comercial. Dos policías llegaron y uno ellos explicó que estabámos en un lugar privado y que la administración tenía el derecho a echar a quién quisiera. La administradora exigió que no volviera más a menos que fuera para comprar, pero qué vaya vestida “normalmente” y con desprecio agregó que no traiga “esas” bolsas. La policía nos acompañó al fotógrafo y mi a la puerta del centro comercial.
o

ooooo

o

Correo del 10 de mayo 2010

Bonjour Helena,

J’espère que ton périple à Sainte-Thérèse te permet de belles, d’intéressantes et de profondes explorations. Nous avons discuté hier midi sur le tapis de Giorgia. Tu m’as parlé de l’accueil policier à la Plaza Sainte-Thérèse. J’en ai été troublé, découvrant avec toi notre immense trou d’insécurité qui paralyse et caractérise le banlieusard. Je me suis senti interpelé. On dirait que le vieillissement nous accroche une cloche au pied: la peur.

Cela m’a rappelé un poème que j’avais écrit il y a une quinzaine d’années. Je te le confie, en mémoire de notre courte conversation que nous reprendrons un jour. Car comme tu le sais la peur et l’insécurité conduit à la guerre. Autant la vider de son absurdité par la performance des artistes et leurs réalisations.

Poursuis ton œuvre, elle est essentielle pour nous révéler nos identités multiples et l’insécurité qui fait partie dorénavant de ton expression artistique.

Bonne fin de séjour ici. On se revoit le 10 juin.

Amitiés

Vincent

 

LE TEMPS FINI

je suis dans le temps fini
de l’existence découpée
un matin je me lève procédurier

père
époux
ouvrier
citoyen
nnn souffrant des mêmes maux
respirant le même air
soumis aux mêmes impôts
que le voisinje suis dans le temps fini
de l’existence
la peur a fait son chemin
dans mon cerveau d’homme
où je suis vieux comme un musée
je suis mon voisin qui s’arme
et s’assure de polices
pour l’éternitédans le temps fini
Dieu n’existe que pour
faire gager les joueurs
et pour les salaudscurieux paradoxe
de celui qui intente
une poursuite à Dieu
devant le tribunal de qui
pour plaider quoiquand je m’éloigne des attroupements
que je feigne la solitude
des idées me rattrapent
je m’invente une autre façon
d’être à deux
dans un bonheur de bocalleo

o

8 janvier 1995 © Vincent Arseneau